Long cours : trimestriel de reporters voyageurs.

Une petite femme croulant sous les bagages me fixe bizarrement. Je fuis son regard, sachant pertinemment ce qu’elle me reproche : voilà bien dix minutes que je suis plantée devant le rayon de magazines, dévorant assidûment celui que j’ai déniché, et l’empêchant absolument, elle et ses quatre sacs, d’accéder au Graal. La situation devient gênante. Je me tourne vers elle, avec cet air ingénu signifiant que je viens de remarquer sa présence, lui offre un grand sourire et me décale de trois pas. Elle grimace. Peu me chaut, je retourne à mon magazine. Après les photos de Joni Sternbach qui semblent sorties d’un autre monde, c’est au texte de Erri de Luca sur Les odeurs de Naples de m’envoûter comme il se doit.

« Le train numéro huit-mille-six-cent-quarante-deux départ huit-heure-huit à destination de Nantes est annoncé voie quatre. » Mince. Je n’ai pas pour habitude de m’engouffrer au dernier moment dans mon train, il faut donc que j’y aille maintenant. Je retourne le magazine sur lui-même, ce que j’ai déjà fait trois fois, espérant peut-être qu’un miracle ait eu lieu et qu’il ne me coûte plus 15 euros. Pourtant si, toujours. En même temps quoi ? Je ne m’attendais pas à moins. J’ai à portée de mains plusieurs récits d’auteurs, des reportages qui semblent fouillés et bien écrits, de belles photos tirées sur un superbe papier… Je fais mine de réfléchir, mais je sais bien qu’il est déjà trop tard. Il m’a séduit dès son titre, dès son sympathique papier effleuré. Et puis je n’ai rien à lire pour mon aller-retour en train. Comme s’il me fallait une énième justification.  Dans la queue, entre un voyageur bedonnant achetant une boîte de tic-tac et un jeune parisien achetant Libération, je suis la seule à avoir trouvé la perle du magasin.

Sommaire Long Cours

Long Cours, numéro 4 – le 5 est déjà sorti, mais le Relay de la Gare Montparnasse devait avoir un brin de retard-. Ce magazine devrait faire la une de toutes les boutiques de gare. Car le voyageur, même dans son Paris-Nantes peu exotique, ne peut que se délecter d’une telle invitation à mettre les voiles. C’est d’abord la maquette du magazine qui plaît : sobre, beau, avec quelques petites touches originales qui surprennent agréablement le regard  (le sommaire en est un bon exemple). Plus que la maquette, c’est l’apparence toute entière de Long Cours qui a de quoi ravir son lecteur : d’abord la cohérence des illustrations dessinées, que l’on doit pourtant à différents auteurs, puis le rapport image/texte qui n’est jamais figé : articles illustrés, récits vierges de tout accompagnement ou séries de photos simplement légendées.

Enfin, surtout, la qualité des articles. Documentés et bien écrits, que demander de plus ? On peut commencer par ce que l’on connaît, ou du moins ce dont nous nous sentons le plus proche. Pour moi, ce fut le reportage photo sur les jeunes européens venant faire la fête à Prague et celui, à l’autre bout du monde, sur le pèlerinage indien. Et s’aventurer ensuite vers des territoires moins connus : les lointaines Kerguelen par exemple, ou l’invisibilité de l’Océanie. Tout m’a séduit. Certains m’ont plus parlé que d’autres, certains m’ont plus touché, m’ont plus enthousiasmé, m’ont plus appris. Mais le cocktail final est magique : je suis en toute honnêteté sortie grandie de cette lecture. Un magazine capable de cela se doit d’être pointé du doigt.

Article Océanie

Mais ce par quoi il faut réellement commencer, c’est naturellement l’edito, qui a frappé fort. Il faudrait le recopier en intégralité, mais je ne pense pas en avoir la liberté. Simplement, tout de même :

« Cette utopie positive, c’est le credo de Long Cours, dont les auteurs, hommes et femmes de terrain, nous racontent l’état du monde, dans sa réalité vécue, sans se voiler la face. Mais sans se limiter à ses aspects les plus sombres. La presse n’est pas censée parler des trains qui arrivent à l’heure, mais nous avons besoin, plus que jamais, d’un moteur, d’une émulation, de perspectives innovantes et motivantes. »

http://revue-longcours.fr/blog/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s