Spectacle traditionnel indien – le ravissement du touriste

Spectacle Udaipur

19 heures. Bagore Ki Haveli, ancien petit palais, reconverti en musée. « T’as bien pris l’appareil photo ? » me demande mon amie et voisine de coussin. Oui, bien sûr (et payé la taxe en conséquence), puisque nous sommes en présence de l’attraction touristique du jour : le spectacle de danses traditionnelles. Entourés de visages occidentaux, nous attendons le spectacle, qui se révèle à la hauteur de nos espérances : robes qui tournent sous les crépitement des flashs, bracelets qui font retentir leurs sonnettes à nos oreilles, couleurs qui se succèdent et se multiplient, mouvements parfaitement exécutés, par de véritables professionnels. Chaque partie du spectacle correspond à une région ou à un peuple du Rajasthan, à sa tradition et à ses coutumes, à cet univers inconnu dont l’oeil du touriste est si friand. Jusqu’à l’apothéose : la représentation d’une danseuse bhil ou, comme dit mon Guide Bleu, « un exercice haute voltige ». Effectivement, puisqu’elle danse en empilant sur sa tête pas moins de 9 pots rouges et blancs.

Évidemment, entre deux tapements de pieds, plusieurs questionnements m’interpellent. Ce que j’ai sous les yeux me ravit, je ne peux le nier. Le spectacle est beau, et peu commun à tout ce que j’ai déjà eu l’occasion de voir. Seulement est-ce que cela suffit ? Ne suis-je pas en train de céder à une facilité touristique qui transforme les véritables traditions en simples objets marchands ? Les professionnelles virevoltantes n’en ont-elles pas assez de revêtir des costumes de scène pour faire croire à des étrangers qu’ils ont sous les yeux « l’Inde profonde, l’Inde véritable » ? L’air de lassitude d’une des plus âgées ne cesse de me plonger moi-même dans un grand doute. Et pourtant, j’aime à ne pas mépriser les attractions touristiques : il y a là tout une économie, importante pour l’Inde, et c’est finalement un moyen comme un autre de susciter l’ouverture d’esprit. Surtout, ce petit musée du Bagore Ki Haveli n’est probablement pas souvent visité, et l’idée de mettre en scène chaque soir les richesses qu’il enferme (marionnettes, costumes…) semble donc plutôt maligne. Je ne sais trop quelles conclusions en tirer, nous sommes déjà dans le train pour Jaipur, comme tous les autres.

Spectacle Udaipur 2

Ce n’est qu’en rentrant que j’y repense véritablement, en développant certaines photos, et en lisant sur un de mes blogs fétiches (impossible de remettre le doigt dessus malheureusement, si l’auteur-e se reconnaît, qu’il se désigne !) une critique abrupte et laconique de ce show touristique et commercial. Pourtant, je persiste à penser que c’est une bonne stratégie pour le petit musée, et qui en plus d’être une bonne stratégie, apporte véritablement quelque chose : le touriste qui rêve au monde qu’il découvre est nécessairement un touriste dont l’esprit s’agrandit, et c’est une excellente chose. Alors pourquoi suis-je encore gênée si tout le monde est gagnant ? Musée gagnant, touristes gagnants. Oui seulement, il y a d’autres éléments dans l’équation : quid des danseuses ? qui des Indiens ? Je regrette de ne pas en avoir parlé avec ceux que je connaissais. Une raison de plus pour revenir, comme si je l’avais fait exprès.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s