Virée dans Montmartre – bons plans

Objectif : organiser une après-midi pour deux au top de l’agréable pour un pluvieux dimanche d’août. Heureusement, y a internet. C’est ce que je me suis dit le dimanche matin même, décidée à consacrer une dizaine de minutes à la recherche d’un salon de thé sympa, et pourquoi pas d’une expo. Mais l’internet est traître : il est beaucoup trop complet. Après une heure d’errances entre salons de thé fermés en août, cafés ayant changé de propriétaire, avis bien trop contradictoires sur différents sites, prix prohibitifs, lieux infestés de touristes… Je commençais à rire jaune. Une heure supplémentaire d’errance après, je ne riais plus du tout et je fermais mon ordinateur rageusement. Loin de l’internet sans fond, mon esprit se mit à ordonner un peu tout ce qu’il avait traversé deux heures durant : les cafés, les restaurants, les différents quartiers, les horaires d’ouverture… Fiat lux. J’avais soudain en tête un café attrayant sur la rue des Martyrs et un restaurant prometteur en haut de la rue Lepic : deux rues sympas dans le même Montmartre. Et entre les deux, un cinéma. (Le doute m’habite désormais, mais je crois que c’était l’UGC Opéra). Je n’en croyais pas mes neurones : mon après-midi ET ma soirée s’étalaient soudain dans mon esprit.

Le café : Kooka Boora, informations et photos précieuses sur lefooding.

kooka

Pourquoi j’avais prévu d’y aller : car ça avait l’air cosy, en haut de la rue des Martyrs, que le café semblait bon et qu’on y passait apparemment de la chouette musique. (Ce n’est habituellement pas un de mes critères, mais pour y passer une heure ou deux à discuter, autant apprécier le fond sonore). Je craignais simplement les prix un peu élevés (apparemment, le café devenant populaire, ses prix ont grimpés) et le monde. J’avais raison.

Pourquoi j’ai aimé y aller : L’ambiance est effectivement cosy, mais pas seulement : cosy, frais, dynamique, jeune, sympa, hype mais pas trop trop (enfin 50% de la population du café était tout de même pourvue d’un mac portable, j’dis ça j’dis rien). Et la musique était au-delà de mes espérances, avec des hits rythmés et des vieux classiques qui créent le sourire, le tout à un niveau sonore tout à fait appréciable. Le café était apparemment délicieux (il n’était pas pour moi, qui ne jure que par mon Darjeeling ou autres théine) et honnêtement, les cookies étaient pas mal du tout non plus.

Deux petites réserves : c’était effectivement bondé. Et quand je dis bondé, ce n’est pas une hyperbole. On avait fait le chemin donc nous n’allions pas retourner sur nos pas, mais nous l’aurions fait si nous ne faisions que passer. La salle est très petite (trois grandes tables et un comptoir face à la fenêtre) et les gens se partagent donc une table, en étant assez collés serrés. Nous avons trouvé deux places face à face, entre deux jeunes filles sur mac et un couple d’amis archi bobos. L’ensemble musique au bon diapason – conversations assez feutrées – proximité rend finalement possible la discussion avec le partenaire, mais ce n’est par exemple pas idéal pour parler affaires ou amour, je pense. Autre chose : je ne sais pas si les prix ont flambé par rapport à ce qu’ils étaient, mais tels qu’ils sont, ils font assez mal au portefeuille, sans varier toutefois d’une grande majorité des cafés parisiens.

Le restaurant : Oggi, déniché grâce à lafourchette.com où vous trouverez toutes les informations pratiques (site que je n’avais par ailleurs pas l’habitude d’utiliser, mais voilà que ça va changer !)

oggi

Tout simplement une perle. Restaurant italien (sans pizzas, cela dit ! mais promis ce n’est pas une arnaque, vous pourrez vous « rabattre » sur les pates astronomiques, la mozzarella fondante, les poivrons parfaits, les aubergines fondantes… J’en passe et des meilleurs.) en haut de la rue Lepic, assez chic mais surtout très très agréable et sympathique. Le soir où nous y étions, d’autres couples, mais aussi un groupe de 4 amis qui semblait être autant ravi que nous. Comment ne le serions nous pas ? Le cadre est agréable, extrêmement chaleureux (banquettes confortables, jolies ardoises pour présenter le menu, lumières douces au plafond, encastrements dans les murs fourmillant de belles bouteilles…), le personnel serviable, professionnel et sympathique et surtout, surtout… la nourriture est tout simplement divine et généreuse. Grâce à une réduction de 20% du site de lafourchette, et parce que c’était l’occasion, nous n’avons chacun pas lésiné : entrée, plat, dessert + 50cl de vin. Étant perdue dans l’offre alléchante, j’ai demandé au serveur s’il me conseillait un plat. Oui, la spécialité de la maison : les fettucine vertes et blanches à la crème de truffe et au San Daniele (pour 22 euros). Le San Daniele, pour moi qui n’aime pas le jambon cru ? Mamma mia, rien que d’y repenser, la bave me monterait aux lèvres. C’était incroyable, chaque saveur exhalée, et je m’en voulais terriblement d’en laisser un peu au fond de mon assiette, repue que j’étais.

La réservation passée uniquement via le site lafourchette.com avait bien été prise en compte, et nous y avons filé dès le film achevé. Même fonctionnement pour la réduction, discrètement et efficacement mentionnée sur l’addition, faisant passer le total de 100 euros à 80 euros. (ah oui, je n’ai jamais dit qu’il s’agissait d’un bon plan baroudeur 😉 Cela dit, en prenant simplement un plat chacun, on en a pour 40 euros sans réduction, en ayant mangé parfaitement dans un super cadre).

Il suffit de descendre la rue Lepic pour ensuite retrouver l’animation de Montmartre, à votre guise ensuite de déambuler ou de retrouver le métro !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s